Aurelie Baumel/MSF
Stretching exercises, often painful for the patient, are really important to achieve and retain supple skin. Supple skin enables freedom of multi-directional movements. To be effective, the exercises must be repeated several times a day.

Les exercices d’étirement, souvent douloureux pour le patient, sont très importants pour obtenir et conserver la souplesse de la peau. Une peau souple permet une liberté de mouvement multidirectionnel. Pour être efficace, les étirements doivent être répétés plusieurs fois par jour.

I’ve been at Manette’s bedside since she got burned, the day after Christmas. She lit the wood shavings in her father’s carpentry workshop. She’d seen the workmen doing it. That day, the workshop was empty. The fire took hold so she wanted to try and put it out with water. But the container she used had alcohol in it. As soon as she opened it, the fire spread. We went to the local referral hospital in Les Cayes and the staff transferred us to Drouillard.
I’m sad I’ve lost my routine. Obviously I’m really happy that Manette’s alive. I’d lost hope. But I’m tired of having to come to the hospital every day for the treatment. If the wounds heal well, the scars stiffen which prevents Manette from bending her neck and arms properly. But, whatever, life goes on.
I’ve had no work since the accident. My charcoal business is on stand-by. Clients who had bought on credit are refusing to pay. They’re acting like I don’t exist anymore. I’m sad seeing Manette hanging on to me all day. She was always playing with the other kids before. I’m waiting for the day when the doctors tell us we can go back to Les Anglais. In the meantime, we’re sharing my sister’s room in Martissant where she lives with her three kids.”
Manette, aged 5


Je suis au chevet de Manette depuis Noël, au lendemain de sa brûlure. Elle a mis le feu aux copeaux de bois dans l’ébénisterie de son père. Elle a souvent vu les ouvriers faire ça. Ce jour-là, l’atelier était désert. Le feu a pris de l’ampleur. Pour l’éteindre, elle a voulu verser de l’eau. Mais le gallon contenait de l’alcool. Au moment d’ouvrir le récipient, le feu s’est propagé. Nous sommes allés à l’hôpital de référence du département, aux Cayes. Le personnel nous a alors transférées à Drouillard.
Aujourd’hui, je suis triste d’avoir perdu mes habitudes. Je suis évidemment très heureuse que Manette soit en vie. J’avais perdu espoir. Mais, je me sens fatiguée de devoir venir à l’hôpital tous les jours pour les soins. Si les plaies guérissent bien, les cicatrices créent des raideurs et empêchent Manette d’articuler son cou et ses bras normalement. La vie reprend malgré tout.
Depuis l’accident, je suis sans activité. Mon commerce de charbon de bois est en stand by. Les clients qui en avaient acheté à crédit refusent de payer. Ils font comme si je n’existais plus. Je suis triste de voir Manette confinée sous ma jupe à longueur de journée. Avant, elle n’arrêtait pas de jouer avec les autres enfants. J’attends le jour où les médecins diront que nous pouvons rentrer aux Anglais. Entre temps, nous partageons la pièce de ma soeur à Martissant où elle vit avec ses trois enfants. »
Manette, 5 ans